Forum international sur l'acteur Jonathan Rhys Meyers et le cinéma britannique!
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 60è Festival du Film International à Cannes.Edition 2007

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
typhaine
Squatte la salle de bain
Squatte la salle de bain
avatar

Féminin
Nombre de messages : 765
Age : 33
Localisation : Bretagne : Côtes d'Armor
Date d'inscription : 12/12/2006

MessageSujet: Re: 60è Festival du Film International à Cannes.Edition 2007   Jeu 24 Mai - 22:16

merci! cheers cheers cheers
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: 60è Festival du Film International à Cannes.Edition 2007   Dim 27 Mai - 18:40

[IMG]http://www
Désolée,je suis en retard mais mon pc me fait défault ces temps ci!
Alors le film en compétition le jeudi 24 Mai 2007 était:

ALEXANDRA


Alexandra est le quatrième film du cinéaste russe Alexander Sokurov à être présenté en Compétition après Moloch (Prix du Meilleur scénario en 1999), Taureau (2001) et Père et Fils (2003). Pour cette histoire à la toile de fond politique, qui narre la visite d’une grand-mère russe à son petit-fils, officier dans un campement de régiments russes en République de Tchétchénie, Sokurov a confié le rôle-titre à Galina Vishnevskaya, 80 ans, légende de la scène d’opéra russe et veuve du génie violoncelliste Rostropovitch. Le réalisateur étant souffrant, ce dernier a dû annuler sa venue à Cannes.
Evoquant l’ambition de son dernier long métrage, Alexander Sokurov déclare : « Pour moi, cette histoire ne parle pas d’actualité, mais de ce qui est éternel. Elle ne parle pas de la Russie d’aujourd’hui, de sa politique dans le Caucase, de son armée, mais de la vie russe éternelle. La guerre est toujours quelque chose de terrible. Il n’y a pas de guerre dans ce film sur la guerre. (…) Notre film relève de la fiction et n’est nullement un acte politique. Dans notre film, nous cherchons les voies qui rapprochent les hommes – et nous les trouvons. »

*SOURCE:
http://www.festival-cannes.fr/index.php/fr/articles/listPressReleases/page/13
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: 60è Festival du Film International à Cannes.Edition 2007   Dim 27 Mai - 18:42

[IMG]http://www
Acteurs présents le vendredi 25 Mai 2007:
Fanny Ardant, Asia Argento, Harry Belafonte, Michèle Bernier, Bernard Blancan, Nick Cannon, Amira Casar, Marion Cotillard, Audrey Dana, Emma de Caunes, Faye Dunaway, Robert Duvall, Song Fang, Jane Fonda, Maud Fontenoy, Sara Forestier, Raisa Gichaeva, Esther Gorintin, Marina Hands, Catherine Jacob, Do-Yeon Jeon, Mathieu Kassovitz, Doutzen Kroes, Diane Kurger, Marc Labrèche, Bernadette Lafont, Jude Law, Salomé Lelouch, Noémie Lenoir, Dolph Lundgren, Michael Madsen, Eva Mendes, Roxane Mesquida, Jonny Lee Miller, Machiko Ono, Alysson Paradis, Krzysztof Penderecki, Marija Petronijevic, Joaquin Phoenix, Dominique Pinon, Jocelyn Quivrin, Charlotte Rampling, Mickey Rourke, Kang-Ho Song, Shigeki Uda, Galina Vishnevskaya, Evan Rachel Wood, Xun Zhou, Armand Assante, Tolga Cayir, Kirsten Dunst, Lucas Huang, Simon Iteanu, Ana Katz, Dan Liu, Noémie Lvovsky, Alessandra Martines, Thomas Millet, Uros Milovanov, Carlos Portaluppi, Razvan Vasilescu, Makiko Watanabe, Naomi Watts.

*SOURCE:
http://www.festival-cannes.fr/index.php/fr/articles/listPressReleases/page/8
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: 60è Festival du Film International à Cannes.Edition 2007   Dim 27 Mai - 18:51

[IMG]http://www
Les films en compétition le vendredi 25 Mai 2007 étaient:

UNE VIEILLE MAITRESSE



Onze ans après avoir présenté en Section parallèle Parfait Amour ! et cinq ans après ouvert la Quinzaine des Réalisateurs avec Sex is Comedy, la réalisatrice Catherine Breillat concourt pour la première fois pour la Palme d’Or avec Une Vieille Maîtresse. L’action de ce long métrage adapté du roman homonyme de Jules Barbey d’Aurevilly se déroule au milieu du XIXe siècle. Le jeune et libertin Ryno de Marigny (Fu’ad Aït Aattou) doit épouser la très pure Hermangarde (Roxane Mesquida), fleuron de l’aristocratie. Mais certains, décidés à empêcher l’union de ces deux jeunes pourtant amoureux, murmurent que le jeune homme ne parviendra pas à rompre avec la Vellini (Asia Argento), pour qui il brûle d’une scandaleuse passion depuis des années…
Interrogée sur le côté grand public d’Une Vieille Maîtresse, Catherine Breillat déclare : « C’est mon film le plus accessible, et pourtant je garde toute mon intégrité. Contrairement à mon habitude, ce film ne transgresse aucun interdit. J’étais allée au bout de quelque chose, il était temps de revenir à l’essence de la vie, au plaisir, au romantisme et à la passion. Mais le romantisme est sombre. C’est aussi pour cela que je voulais réaliser ce film, pour son romantisme, cette passion qui brûle, ces douleurs effroyables, mais sans aucune perversité dans les sentiments. Le cœur du film parle d’un idéal qui bascule dans le désastre dès qu’il est atteint. »
*BANDE ANNONCE:
http://www.allocine.fr/video/player_gen_cmedia=18729422&cfilm=55720.html

LA NUIT NOUS APPARTIENT



Sept ans après The Yards, présenté en Compétition, l’Américain James Gray revient sur la Croisette pour défendre les chances de son troisième long métrage, La Nuit nous Appartient. L’action du film se situe dans les années 80, à New York. Fils d’une famille de policiers (Mark Wahlberg et Robert Duvall), Bobby ((Joaquin Phoenix), le patron d’une boîte de nuit financée avec l’argent de la mafia russe, cache ses origines à ses associés. Alors que les autorités lancent une offensive d’envergure contre le crime organisé et le trafic de drogue, Bobby doit choisir son camp…
James Gray revient sur la genèse du film : « Un jour, je lisais le New York Times, et la une du journal montrait la photo des funérailles d’un policier tué dans l’exercice de ses fonctions. On y voyait des hommes s’étreindre, en larmes, effondrés par la mort de leur collègue. Il se dégageait une émotion intense de ce cliché. J’ai su alors que je voulais faire un film en abordant les choses sous cet angle, celui des émotions. Je désirais y retrouver ce que j’éprouvais en regardant cette photo. »

*BANDE ANNONCE:
http://www.allocine.fr/video/player_gen_cmedia=18730791&cfilm=109680.html

*SOURCE:
http://www.festival-cannes.fr/index.php/fr/articles/listPressReleases/page/9
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: 60è Festival du Film International à Cannes.Edition 2007   Dim 27 Mai - 18:54

[IMG]http://www
Acteurs présents à Cannes le Samedi 26 Mai 2007:
Asia Argento, Harry Belafonte, Michèle Bernier, Bernard Blancan, Nick Cannon, Amira Casar, Marion Cotillard, Audrey Dana, Emma de Caunes, Faye Dunaway, Robert Duvall, Song Fang, Jane Fonda, Maud Fontenoy, Sara Forestier, Raisa Gichaeva, Esther Gorintin, Marina Hands, Catherine Jacob, Mathieu Kassovitz, Doutzen Kroes, Marc Labrèche, Bernadette Lafont, Jude Law, Salomé Lelouch, Noémie Lenoir, Dolph Lundgren, Michael Madsen, Eva Mendes, Roxane Mesquida, Jonny Lee Miller, Machiko Ono, Alysson Paradis, Krzysztof Penderecki, Marija Petronijevic, Joaquin Phoenix, Dominique Pinon, Jocelyn Quivrin, Charlotte Rampling, Mickey Rourke, Kang-Ho Song, Shigeki Uda, Galina Vishnevskaya, Evan Rachel Wood, Xun Zhou, Armand Assante, Tolga Cayir, Lucas Huang, Simon Iteanu, Ana Katz, Dan Liu, Noémie Lvovsky, Alessandra Martines, Thomas Millet, Uros Milovanov, Carlos Portaluppi, Razvan Vasilescu, Makiko Watanabe, Naomi Watts.

*SOURCE:
http://www.festival-cannes.fr/index.php/fr/articles/listPressReleases/page/5
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: 60è Festival du Film International à Cannes.Edition 2007   Dim 27 Mai - 19:06

[IMG]http://www
Les films en compétition le samedi 26 Mai 2007,étaient:

PROMETS-MOI



Lauréat à deux reprises de la Palme d’Or pour Papa est en Voyage d’Affaires en 1985 et Underground en 1995, Emir Kusturica se lance à nouveau dans la Compétition avec ce film intitulé Promets-Moi. Comme le titre l’indique, l’histoire de ce long-métrage, dont l’action se déroule dans la campagne serbe, repose sur plusieurs promesses que Tsane (Uros Milovanovic) fait à son grand-père (Aleksandar Bercek) mourant : tout d’abord, celle de franchir les trois collines qui séparent leur village de la ville la plus proche pour vendre leur vache Cvetka au marché ; deuxièmement, d’acheter une icône et un souvenir avec l’argent récolté ; et troisièmement, tâche plus difficile, de trouver une épouse…
Promets-Moi raconte ainsi la promesse qu’un adolescent fait à son grand-père de devenir un homme à son retour du village. Venant enrichir l’œuvre de celui qui a été Président du Jury en 2005, ce nouveau conte excentrique sur les tribulations de la vie dans les Balkans invite le spectateur à découvrir un monde différent tout en abordant des thèmes universels

LA FORET DE MOGARI


Avec La Forêt de Mogari, la Japonaise Naomi Kawase revient à Cannes dix ans après avoir remporté la Caméra d’Or pour Moe No Suzaku et quatre ans après avoir présenté Shara en Compétition. Dans son nouveau long-métrage, la jeune cinéaste narre la relation complice d’un vieil homme avec son aide-soignante. Tous deux partagent un lourd secret : la perte d’un être cher. Le thème du deuil est au centre de La Forêt de Mogari. « Mogari » désigne en effet la période consacrée au deuil ou le lieu du deuil.
La réalisatrice Naomi Kawase évoque la relation entretenue par ses deux personnages principaux avant et après qu’ils aient pénétré dans la forêt de Mogari : « Ils partagent un lourd secret : la perte d’un être cher et le temps du deuil. C’est une grande empathie qui les lie l’un à l’autre et non un sentiment de tristesse. Ceux qui ont perdu un être cher sont souvent plus sensibles à la douleur des autres. Une fois que Shigeki et Machiko pénètrent dans la forêt, c’est cette dernière qui les protège et veille sur eux. La nature existe en soi, indépendamment de toute intervention de l’homme. On s’y sent protégé. (…) Quand je cherche à exprimer ce sentiment de sécurité que m’inspire une telle force invisible à l’œil nu, j’ai recours aux images. »

*SOURCE:
http://www.festival-cannes.fr/index.php/fr/articles/listPressReleases/page/4
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: 60è Festival du Film International à Cannes.Edition 2007   Dim 27 Mai - 19:11

[IMG]http://www
Dimanche 27 Mai 2007

Le Président du Festival de Cannes Gilles Jacob a décerné ce samedi soir, lors d’un dîner au Carlton, une Palme d'Or exceptionnelle à l'actrice américaine Jane Fonda en hommage à sa carrière et à ses engagements. Il s’agit de la quatrième "Palme d'Or à la carrière" décernée dans l’histoire du Festival, les trois précédentes ayant été attribuées aux cinéastes Alain Resnais et Gérard Oury et à l'actrice Jeanne Moreau. "Je n'aurais pas imaginé que le Festival de Cannes honorerait une personne épiée et traquée par le FBI, une personne sur laquelle existe un dossier de 20 000 pages", a ironisé M. Jacob dans un discours, faisant allusion aux engagements politiques de l'actrice notamment contre la guerre au Vietnam, et plus récemment contre l'engagement américain en Irak. "Vous êtes une femme qui se bat et qui gagne", a souligné le Président du Festival de Cannes. Jane Fonda s'est quant à elle déclarée "bouleversée" par cette palme exceptionnelle.

*SOURCE
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: 60è Festival du Film International à Cannes.Edition 2007   Dim 27 Mai - 19:13

[IMG]http://www
Jane Fonda a honoré de sa présence le Festival de Cannes pour l'hommage rendu à son père Henry Fonda avec la projection en Séance Spéciale de Douze Hommes en Colère (1957). Ce film raconte comment un juré tente de convaincre les autres membres de ne pas condamner un jeune homme à la peine de mort. L’actrice américaine a été accueillie par une standing ovation avant de se rendre sur l’estrade au bras de Thierry Frémaux. De là, elle a chaleureusement remercié les organisateurs du Festival pour cette soirée, ainsi que la foule venue apprécier ce qu’elle considère comme l’un des films les plus fidèles à l’esprit et aux idées de son père. "J'ai l'impression que mon père est autour de moi ce soir. Toute la famille Fonda vous remercie. Il aimait les films progressistes et ses flms m'ont appris des choses importantes : la justice, la démocratie...", a confié la comédienne. "J'espère pour tous que le pays qu'il représentait reviendra. Je me sens inspirée et fière de l'héritage qu'il nous a laissé", a-t-elle ajouté.
Indissociable de l’œuvre de John Ford, Henry Fonda joua notamment dans Les Raisins de la Colère (1940) et La Poursuite Infernale (1946). Après plusieurs années consacrées au théâtre, c’est Douze Hommes en Colère (Ours d’Or à Berlin en 1957) qui marque son retour au cinéma. En 1962 et 1965, il est au Festival de Cannes aux côtés d’Otto Preminger pour Tempête à Washington puis In Harm’s Way. Sergio Leone lui confie en 1969 un rôle à contre-emploi dans Il Etait une Fois dans l’Ouest. En 1978, il accompagne Billy Wilder à Cannes pour Fedora. Acteur mythique à l’âge d’or du cinéma hollywoodien, Henry Fonda a été dirigé par Joseph L. Mankiewicz, Robert Aldrich ou encore Alfred Hitchcock. Il a reçu l'Oscar du Meilleur acteur en 1982 pour La Maison du Lac de Mark Rydell

*SOURCE:
http://www.festival-cannes.fr/index.php/fr/articles/listPressReleases/page/2
Revenir en haut Aller en bas
typhaine
Squatte la salle de bain
Squatte la salle de bain
avatar

Féminin
Nombre de messages : 765
Age : 33
Localisation : Bretagne : Côtes d'Armor
Date d'inscription : 12/12/2006

MessageSujet: Re: 60è Festival du Film International à Cannes.Edition 2007   Lun 28 Mai - 16:17

recevoir une palme d'or exceptionnellement en honneur à sa carrière, ça doit être le rêve!!!
merci Mandy!!!!! cheers cheers cheers
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: 60è Festival du Film International à Cannes.Edition 2007   Lun 28 Mai - 22:24

[IMG]http://www
Le festival de Cannes s'est terminé hier dimanche 28 Mai 2007 en beauté!
Voici les prix attirbués:

CAMERA D'OR

"MEDUZOT"
DE
ETGAR KERET ET SHIRA GEFFEN

Le réalisateur Pavel Lounguine, Président du Jury Caméra d'Or, et Clotilde Courau, membre de ce Jury, ont décerné la Caméra d'Or à Meduzot de Etgar Keret et Shira Geffen, présenté à la Semaine Internationale de la Critique. Une Mention spéciale est allée à Control d’Anton Corbijn, présenté à la Quinzaine des Réalisateurs.
Durant la Cérémonie de remise de Prix, Etgar Keret a déclaré : « Ils nous ont demandé de tout écrire, mais en fait, je suis trop dans l’excitation pour lire mon texte. Je suis tellement loin du reste du monde… Je n’ai pas porté de costume depuis ma barmitzva. Tout ce que je peux dire, c’est merci beaucoup. Nous tenons également à remercier l’extraordinaire distribution d’acteurs et le directeur de la photographie. »
Shira Geffen a pour sa part affirmé : « Nous aimerions remercier tous ceux qui ont rendu possible ce film, surtout nos producteurs. Et bien sûr, La Semaine de la Critique ainsi que notre agent légendaire Arik. »

PALME D'OR DU COURT METRAGE

"VER LLOVER"
DE
ELISA MILLER

Décernée par le Président du Jury du court métrage et de la Cinéfondation Jia Zhangke et par l'actrice Marina Hands, la Palme d'Or du court-métrage est allée à Ver Llover d'Elisa Miller. Une première mention spéciale a été attribuée à Ah Ma de Anthony Chen et une deuxième Mention spéciale à Run de Mark Albiston.
Durant la cérémonie de remise de Prix, la réalisatrice mexicaine Elisa Miller a déclaré : « Merci beaucoup ! Gracias ! Je suis très très contente. Je remercie le Festival, c’était incroyable d’être ici. Je remercie le Mexique. Merci ! »

PRIX DU JURY EX AEQUO

"PERSEPOLIS"
DE
MARJANE SATRAPI ET VINCENT PARONNAUD

ET

"LUMIERE SILENCIEUSE"
DE
CARLOS REYGADAS

Le Prix du Jury ex aequo a été remis par Jamel Debbouze à Marjane Satrapi et Vincent Paronnaud pour Persepolis et à Carlos Reygadas pour Lumière Silencieuse.
Lors de la Cérémonie de remise de Prix, Carlos Reygadas a déclaré : « Bonsoir. Merci à Raime, à Natalia, à Jean Labadie, au Festival et aux Jurés. » Marjane Satrapi a quant à elle précisé : « Je vais parler pour nous deux. Nous tenons à remercier Gilles Jacob et Thierry Frémaux de nous avoir sélectionnés. Nous les remercions pour nous avoir décerné le Prix. Nous remercions toute l’équipe des 90 personnes avec lesquelles nous avons travaillé pendant deux ans. Pour ma part, même si ce film est universel, je tiens à dédier ce prix à tous les Iraniens. »
Lors de la conférence de presse des lauréats, Carlos Reygadas a ajouté sur son Prix : « C’est un prix très important, parce qu’il nous aide à ouvrir le chemin pour les collègues mexicains et, encore plus, pour mes collègues dans le monde entier qui sont intéressés par un cinéma qui ne suit pas toujours les lois de l’identification ou de la clarification totale, un cinéma qui aime l’ambiguïté temporaire, qui aime l’expression avec des moyens qui ne sont pas toujours ceux dont on a l’habitude. (…) Je me sens très à l’aise. Je ne m’attendais pas à ce que tout le monde soit directement disposé au film, surtout après trois projections dans la journée. Mais la réalité, c’est qu’il y a beaucoup de gens qui l’ont aimé. Ca me touche énormément. (…) Je pense que les films puissants ne sont pas pour tout le monde. (…) Je n’attendais aucun prix en particulier. J’étais prêt à ne rien gagner ou à tout gagner. C’est un prix très spécial, qui ne dit pas beaucoup si c’est le scénario ou le jeu qui est mis en avant. C’est un prix global. »

PRIX D'INTERPRETATION FEMININE

JEAON DO-YEON
POUR
"SECRET SUNSHINE"
DE
LEE CHANG-DONG

Le Prix d'interprétation féminine a été attribué par Alain Delon à l'actrice sud-coréenne Jeon Do-yeon pour sa performance dans Secret Sunshine de Lee Chang-dong.
Lors de la Cérémonie de remise des Prix, l’actrice Jeon Do-yeon a déclaré : « Bonsoir. Je n’en reviens pas d’être ici à cette place, j’ai entendu dire qu’il y avait énormément d’actrices merveilleuses pendant ce Festival ; j’espère que je pourrai les représenter aujourd’hui. Je suis vraiment honorée d’avoir ce Prix, je ne sais pas comment le recevoir… Je remercie bien sûr le Festival de Cannes et les membres du Jury. Je remercie le réalisateur Lee Chang-dong qui m’a donnée la possibilité d’interpréter ce rôle et surtout l’acteur Song Kang-ho grâce à qui j’ai pu exister. Je remercie vous tous qui avez apprécié le film Secret Sunshine. Je ne l’oublierai jamais de ma vie. Merci beaucoup ! »
Lors de la conférence de presse des lauréats, Jeon Do-yeon a déclaré sur sa récompense : « C’est la première fois que je viens dans un festival étranger. J’étais très honorée d’être invitée dans un aussi grand festival comme Cannes. Je suis bien sûr très heureuse d’avoir reçu ce Prix d’Interprétation. J’étais très tendue, j’ai tout fait pour me rassurer, me dire qu’il ne se passerait rien. Dans mon entourage, on n’arrêtait pas de m’en parler, j’avais vraiment envie de me cacher. Je voudrais tous vous remercier. »

PRIX D'INTERPRETATION MASCULINE

KONSTANTIN LAVRONENKO
POUR
"LE BANNISSEMENT"
DE
ANDREÏ ZVIAGUINTSEV

Le Prix d'interprétation masculine est allé à Konstantin Lavronenko pour sa prestation dans Le Bannissement d'Andreï Zviaguintsev.
Lors de la Cérémonie de remise de Prix, le réalisateur russe a déclaré : « Bonsoir. Je suis plus que ravi pour Konstantin. Il a mérité ce Prix. Merci au Jury. Merci à la direction du Festival. Merci à vous, public. Je suis heureux. »
Lors de la conférence de presse des lauréats, Andreï Zviaguintsev a ajouté sur son acteur Konstantin Lavronenko : « Vous le connaissez déjà sans doute, car c’était le héros principal de mon film précédent Le Retour. Il a débuté au cinéma, il avait 42 ans. Konstantin, en fait, était un acteur de théâtre, il a fait ses études à l’Ecole de Théâtre Démocrate de Moscou. Jusqu’à ce qu’il se rende compte qu’il n’avait consacré sa vie qu’au théâtre. C’était un studio clandestin, assez underground. La première fois que je l’ai vu, c’était en 1992, puis plus rien. C’est presque miraculeux, dix ans plus tard, je me suis attelé à la préparation de mon film et je me suis souvenu de lui. Pour moi, c’est un acteur formidable, parce qu’il a cette capacité à pouvoir rester dans le champ à attendre dignement. Il laisse passer du temps, puis prononce les deux ou trois mots que je lui demande de prononcer. Pour moi, un acteur qui parvient à se passer de toute émotivité pour arriver à se concentrer sur son for intérieur, c’est très courageux de sa part. »

PRIX DE LA MISE EN SCENE

JULIAN SCHNABEL
POUR
"LE SCAPHANDRE ET LE PAPILLON"

Le Prix de la mise en scène a été remis par Michelle Yeoh à Julian Schnabel pour Le Scaphandre et le Papillon.
Lors de la Cérémonie de remise de Prix, Julian Schnabel a déclaré : « Je tiens à remercier Mathieu Amalric. En montant ici, je voulais chanter une petite chanson que j’avais en tête. Pourquoi ? Parce que je pensais faire un film sur un homme paralysé ; en fait, je tenais un film sur les femmes. Je veux remercier Max Von Sydow, Niels Arestrup, Patrick Chesnais et tous les comédiens français qui ont été aussi chaleureux avec moi. Je dois remercier Jérôme Seydoux, qui a été le distributeur le plus agréable avec moi, lui et sa famille. Je tiens à dire bonjour à mes enfants. Et puis, j’aimerais dédier la Palme d’Or à Bernardo Bertolucci. Lui la mérite. Merci à tous, merci de votre générosité, merci Gilles Jacob et Thierry. Je n’aurais jamais rêvé me trouver ici, parce que je ne suis qu’un cinéphile, je n’aurais jamais pensé me retrouver réalisateur. C’est quelque chose d’irrésistible. Merci, au revoir, à la prochaine. Au fait, merci à Jon Kilik. Il est la seule personne qui a voulu que je fasse ce film en français à part moi-même. Merci Jon, merci d’être resté à mes côtés. »
Lors de la conférence de presse des lauréats, Julian Schnabel a déclaré sur son discours de remerciements : « J’aurais dit exactement la même chose si j’avais gagné la Palme d’Or. J’ai improvisé. Je ne vois pas vraiment la différence. Je n’ai pas fait ce film pour gagner un prix. Je suis très heureux d’être ici. Il y a beaucoup de gens que je respecte énormément qui sont venus ici, qui ont gravi ces marches, qui ont montré leurs films ici. C’est donc un grand honneur pour moi d’être présent. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: 60è Festival du Film International à Cannes.Edition 2007   Lun 28 Mai - 22:39

[IMG]http://www
PRIX DU SCENARIO

FATIH AKIN
POUR
"DE L'AUTRE COTE"

Remis par l'actrice Charlotte Rampling, le Prix du scénario a été attribué à Fatih Akin pour De l'autre Côté.
Lors de la Cérémonie de remise des Prix, le réalisateur Fatih Akin a déclaré : « Merci beaucoup ! Merci au Jury, c’est très sympa. Il faut que j’écrire d’autres scénarii, c’est une vraie source d’inspiration, ces histoires. Je tiens à remercier tous ceux qui ont travaillé sur ce film, toutes les équipes techniques, les cadreurs, le monteur, Fabienne et Francis. Je tiens à remercier mon épouse Monique et mon fils. J’ai un message spéciale pour la Turquie, parce qu’il y a un vote le 22 juillet. Il faut rester unis, sinon nous tomberons. Merci ! »
Lors de la conférence de presse des lauréats, Fatih Akin a déclaré sur son sentiment de fierté : « Je suis fier de pouvoir ramener ce prix à Hambourg. J’ai toujours rêvé d’avoir un film ici en Compétition. Les émotions ont été fortes. Jusqu’à la dernière minute, je ne savais rien. Une fois que l’on est venu ici, on découvre un effet d’accoutumance. J’ai très envie de revenir en Compétition, dans deux ou trois ans si tout va bien… »

GRAND PRIX

"LA FORÊT DE MOGARI"
DE
NAOMI KAWASE

Le Grand Prix a été remis par Carole Bouquet à la réalisatrice Naomi Kawase pour La Forêt de Mogari.
Lors de la Cérémonie de remise des Prix, la cinéaste Naomi Kawase a déclaré : « C’est formidable d’avoir pu faire des films et de continuer à en faire. Je suis contente. C’est très dur d'en faire. Je crois que c’est aussi dur que de vivre ; cela ressemble à la vie. Dans une vie, il y a beaucoup de difficultés, il y a beaucoup de choses qui vous font souffrir, il y a beaucoup de choses qui vous font hésiter ou trébucher sur le chemin. Je crois, à ce moment, qu'on cherche quelque chose au fond de soi qui peut nous redonner de la confiance et de la force. On essaie de se trouver des forces – ce n’est pas l’argent, des voitures ou des vêtements - ce n’est pas forcément quelque chose de visible. Ça peut être le vent, la lumière, le souvenir des Anciens. Et quand on trouve ce point d’appui dans le monde, on peut être tout seul et continuer. Merci d’avoir apprécié mon film, d’avoir reconnu ce que je voulais dire dedans. Merci beaucoup ! Ce monde est formidable. »
Lors de la conférence de presse des lauréats, Naomi Kawase a déclaré sur son évolution personnelle : « Quand j’ai eu la Caméra d’Or il y a dix ans, je n’avais rien réalisé, ça m’était tombé du ciel ; c’était un prix totalement inattendu. Au cours de ces dix années, j’ai fait pas mal de films, j’ai continué à mettre en scène. J’ai senti qu’il y avait des spectateurs dans le monde entier qui aimaient mon cinéma. Je me sentais un peu responsable vis-à-vis d’eux. D’autant plus responsable que mon film était la seule production japonaise sélectionnée en Compétition à Cannes. C’était un poids, une responsabilité assez écrasante. J’étais un peu inquiète en arrivant dans la salle. Pendant ces dix ans, le Festival s’est beaucoup développé, et moi-même, j’ai pas mal progressé. Je vais continuer à faire des films pas à pas, en essayant de me construire parallèlement à Cannes. (…) Je voulais que les choses invisibles soient aussi importantes que celles visibles. Je voudrais que ce message soit perçu et connu du monde entier. Je pense que ce Grand Prix donnera une certaine visibilité à ce message. »

PRIX DU 60EME ANNIVERSAIRE

"PARANOID PARK"
DE
GUS VAN SANT

Le Président du Jury Stephen Frears a décerné le Prix du 60e anniversaire au réalisateur Gus Van Sant pour Paranoid Park.
Lors de la Cérémonie de remise des Prix, le cinéaste Gus Van Sant a déclaré : « Merci Stephen. Merci aux jurés. Merci aussi aux Karmitz d’avoir soutenu ce film qui a eu des débuts très modestes – bien entendu, cela s’applique aussi les courts-métrages. Merci à mes producteurs. Bien sûr, merci à Gilles Jacob et Thierry Frémaux pour avoir organisé ce merveilleux festival qui a été excellent cette année. Merci à Chris Doyle et Rain Li, les directeurs de la photographie. Merci enfin à Blake Nelson qui a rédigé le roman d’origine et à tous ceux qui ont permis de l’adapter à l’écran. Merci ! »

ET LA PALME D'OR EST REVENUE A

"4 MOIS,3 SEMAINES ET 2 JOURS"
DE
CRISTIAN MUNGIU

Jane Fonda a décerné au réalisateur Cristian Mungiu la Palme d'Or de cette 60ème édition du Festival de Cannes pour 4 Mois, 3 Semaines et 2 Jours.
Lors de la Cérémonie de remise de prix, Cristian Mungiu a déclaré : « Pour moi, c’est un peu comme un conte de fée. Il y a un an, nous ne pensions pas à notre projet. Il y a six mois, nous n’avions pas d’argent pour le réaliser. Et puis enfin… Nous formulions le désir d’être à Cannes dans une sélection quelle qu’elle soit. Alors, se retrouver ici… Je tiens à remercier le Jury. Je tiens à remercier aussi toute l’organisation du Festival de nous avoir permis d’être en Compétition, parce que cela fait pour nous toute la différence. Et puis, grâce à l’attention que nous avons reçue ici, tout au long du Festival, l’histoire, le projet auquel nous croyons tant va pouvoir atteindre bien d’autres gens, un bien plus large public. J’espère que cette Palme d’Or sera une bonne nouvelle pour les petits cinéastes, les petits pays. Car il semble enfin que l’on ait plus besoin de grands budgets, de grandes stars pour faire une histoire que tout le monde écoutera. »
Lors de la conférence de presse des lauréats, Cristian Mungiu a déclaré sur le renouveau du cinéma roumain : « Sincèrement, c’est la meilleure chose qui puisse arriver à notre cinéma [le gain du Prix Un Certain Regard et de la Palme d’Or]. Il se développe beaucoup depuis quelques années maintenant. Je remercie mes collègues cinéastes roumains, car sans leurs succès je n’aurais pas pu être ici cette année. (…) Ce prix me donne confiance. C’est une reconnaissance pour un cinéaste. Elle donne la force de continuer à raconter de bonnes histoires. »

AINSI S'ACHEVE LE FESTIVAL DE CANNES 2007!!!

A L'ANNE PROCHAINE!!!
Revenir en haut Aller en bas
typhaine
Squatte la salle de bain
Squatte la salle de bain
avatar

Féminin
Nombre de messages : 765
Age : 33
Localisation : Bretagne : Côtes d'Armor
Date d'inscription : 12/12/2006

MessageSujet: Re: 60è Festival du Film International à Cannes.Edition 2007   Mar 29 Mai - 12:32

hé bhé!!!!!!!!! ça c'est d'l'info! merci Mandy!!! cheers
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: 60è Festival du Film International à Cannes.Edition 2007   

Revenir en haut Aller en bas
 
60è Festival du Film International à Cannes.Edition 2007
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Monde de Jonathan Rhys-Meyers... :: Le grenier des souvenirs-
Sauter vers: