Forum international sur l'acteur Jonathan Rhys Meyers et le cinéma britannique!
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Geraldine McEwan (Titus & Vanity Fair)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Geraldine McEwan (Titus & Vanity Fair)   Sam 27 Oct - 15:45

[IMG]http://www


Née le 9 mai 1932 à Old Windsor,en Angleterre,Géraldine McEwan débute sa carrière sur la scène au Théâtre Royal de Windsor à l’age de 14 ans. A 18 ans, elle partage le haut de l’affiche dans plusieurs productions populaires jouées dans le quartier de West End à Londres. Au cours des années 50, elle travaille avec le Shakespeare Memorial Theatrer à Stratford-Upon-Avon et devient membre de la Troupe Royale Shakespearienne en 1961.

Elle obtient des rôles titres en interprêtant Béatrice dans Much Ado About Nothing (Beaucoup de bruit pour rien) avec Christopher Plummer, Ophélie dans Hamlet, la Princesse de France dans Love’s Labour’s Lost (Peines d'amour perdues), Marina dans Pericles et donne la réplique à Dorothy Tutin dans Twelfth Night (la douzième nuit) , qui est également présentée à Moscou et Leningrad.
Mlle McEwan a été la première à endosser le rôle féminin principal dans Loot de Joe Orton et a conquis Broadway dans The School for Scandal (l’Ecole du Scandale), The Private Ear and the Public Eye (l’Oreille privée et l’œil public), et plus récemment, The Chairs (les Chaises), qui lui ont permises d’engranger une nomination aux Tony de la meilleure actrice.

En qualité de sociétaire du Théâtre Royal National et en donnant la réplique à Albert Finney et Laurence Olivier, Géraldine survole les années 60 et 70 avec des rôles mémorables dans Look After Lulu (à la recherche de Lulu), The Dance of Death (la danse macabre), Love for Love (l’amour pour l’amour), Home and Beauty (la maison et la beauté), The Browning Version & Harlequinade (l’interprétation marron et Arlequinerie) , On Approval (d’accord), Oh Coward ! (ouh le peureux) et The White Devil (le diable blanc)

En 1976, elle obtient l’exclusivité d’être nominée pour un Olivier Award dans deux catégories distinctes. Pendant une saison, elle occupe sa semaine à la tête du générique de trois pièces pour le National.
En 1983, elle est sacrée meilleure actrice par l’Evening Standard pour The Rivals (les ennemis) et en 1985, son interprêtation de Lucia dans Mapp and Lucia, adaptée des livres à succès d’E.F. Benson a débouché sur un véritable culte à travers plusieurs sites internet consacrés aux séries télévisées et aux travaux d’E.F.Benson

Mlle McEwan conclut les années 80 en débitant des phrases françaises à une vitesse étourdissante avec Emma Thompson dans un Henry V d’anthologie de Branagh. La scène, brève, d’Alice (Mc Ewan) quand elle enseigne quelques phrases d’Anglais à la Princesse de France (Thompson) devrait être mise au cursus de chaque cours de comédie comme modèle du genre dans le comique. Razz Cette scène est magistralement montée. En 1983, elle participe à la création du Theatre of Comedy (le Théatre de la Comédie) avec Richard Briers, Judi Dench, Tom Conti, Nigel Hawthorne, Maureen Lipman, John Mortimer et bien d’autres.

Pendant les années 90, sa carrière est menée tambours battant. En 1991, elle est couronnée Meilleure Actrice aux BAFTA (les Oscars Britanniques) pour son interprêtation bouleversante de la mère dans Oranges Are Not the Only Fruit (les oranges ne sont pas les seuls fruits). En 1995, elle est (de nouveau) couronnée Meilleure Actrice par l’Evening Standard, pour son intérprêtation exceptionnelle de Lady Wishfort dans The Way of the World (la route du monde)
1998 est marquée par son rôle à la fois étonnant et physiquement éprouvant dans The Chairs, mise en scène par Simon McBurney et représentée à guichets fermés au Théâtre du Duc d’York, tous les soirs. La pièce a été par la suite transportée de West End à Broadway tout en emballant le public et les critiques Américains. McEwan a été nominée aux Tony, dans la catégorie méilleure actrice.
En 1999, Geraldine McEwan campe une Judith Bliss brilliante et délicieusement scandaleuse dans la reprise controversée d’Hay Fever (le rhume des foins) de Noel Coward. La même année, Geraldine emballe le public de Red Dwarf -le nain rouge dans une vision techno chatoyante de Cassandre puis retrouve le registre shakespearien en incarnant le temps d'une scène la "nurse" dans le Titus de Julie TAYMOR.
Réalisé en 2000 par Ken Branagh, le film Peines d'amour perdues fait la part belle à McEwan dans le rôle d’Holofernia, une danseuse de claquettes qui chante Gershwin.
En 2003, elle accepte de camper Mme Gotobed dans Carrie’s War. Filmé au Pays de Galle, cette production a récolté 8 nominations aux Bafta Cymru (édition Galloise des Bafta). Dans le rôle de Sœur Bridget dans The Magdalene Sisters brillament réalisé par Peter Mullan, Geraldine montre une interprêtation remarquable d’une mère supérieure effrayante et compliquée. Le film récolte le prestigieux Lion d’Or à la Mostra de Venise, un prix majeur au festival de Toronto ainsi que deux nominations aux Bafta 2003. En février 2004, ce film est récompensé aux titres du méilleur film Britannique et du méilleur metteur en scène Britannique à la cérémonie des trophées décernés par les critique de film Londonniens.
Toujours en 2003, McEwan joue un petit rôle dans Vanity Fair de Mira Nair en incarnant une Lady Southdown mémorable qui crêve l’écran.
En 2004, Geraldine est choisie pour être la nouvelle Jane Marple. Cette série d’Agatha Christie au succès énorme a été diffusée aux Etats-Unis par PBS Mystery avant de débuté au Royaume Uni à Noël. Le tournage de la troisième saison de ces épisodes exceptionnels de Miss Marple est terminé.
Au cours de cette carrière bien remplie, Geraldine a vecu un mariage heureux avec Hugh Cruttwell, ancien proviseur de l’Académie Royale des Arts Dramatiques et décédé en 2002. De cette union sont nés Greg et Claudia. Résidant à Londres, elle est également sept fois grand-mère.

*FILMOGRAPHIE:

-There Was a Young Lady (1953)
-No Kidding (1960)
-The Dance of Death (1969)
-The Bawdy Adventures of Tom Jones (1976)
-Escape from the Dark (1976)
-Foreign Body (1986)
-Henry V (1989)
-Robin des Bois: Prince des voleurs(1991)
-The Love Letter : (Destination inconnue)(1999)
-Titus (1999)
-Peines d'amour perdues (2000)
-Contaminated Man (:Contaminations) (2000)
-Food of Love (2002)
-The Magdalene Sisters (2002)
-Pure (2002)
-The Lazarus Child (2004)
-Vanity Fair (2004)
-Wallace & Gromit (voix originale de Miss Thripp)(2005)

*SOURCE:
http://www.geraldinemcewan.com/Biography.html#anchor_13552

*Site officiel de l'actrice:
http://www.geraldinemcewan.com/

Milles mercis à Alain-yu707 pour la traduction Wink
Revenir en haut Aller en bas
 
Geraldine McEwan (Titus & Vanity Fair)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Vanity Fair novembre 2011
» Vanity Fair - décembre 2008
» HARPER'S BAZAAR - Magazine japonais {Déc. 2008}
» James Purefoy
» Vanity Fair (2004) : le film de Mira Nair

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Monde de Jonathan Rhys-Meyers... :: LE MONDE DE JONATHAN ! .ALL ABOUT JONNY ! :: Actrices de ses films-
Sauter vers: